J'adore la physique quantique

Elle permet de lire de belles phrases, comme celle-ci:
« Parce que nous sommes tous faits de poussière d’étoiles, parce que nous sommes tous constitués d’éléments lourds fabriqués par l’alchimie nucléaire des astres, nous portons la même généalogie cosmique que les gazelles des savanes et les nymphéas des étangs. » Trinh Xuan Thuan.
Ou quand les astro-physiciens deviennent poètes.
C’est normal: ils ont la tête dans les étoiles.

Les figures de style

Puisque ce blog, créé à l’origine pour le lancement de mon dernier livre – « 100 mots ou presque« , un recueil de nouvelles courtes, histoires de la vie ordinaire -, devient de plus en plus un blog littéraire, pourquoi pas, je vais y rapatrier quelques éléments déjà publiés ici et là.
Voici par exemple mon petit résumé des figures de style, créé pour mes étudiants de Dauphine. Il doit presque tout à Henri Suhamy (« Les figures de style », PUF Que sais-je,1988), pour qui : « L’expression figure de style est un ensemble de deux figures de style accolées, une métaphore et une métonymie : le style était jadis un poinçon pour graver des caractères dans la cire, donc dire style au lieu d’écriture est une métonymie (l’outil à la place de l’usage) ; figure vient de figura, « dessin », donc il y a dérivation de sens, métaphore, car on passe d’une idée à sa représentation. »
Mon modeste résumé, en style télégraphique, est téléchargeable en pdf à cette adresse:
http://www.infotechart.com/style/les-figures-de-style.pdf.
Bonne lecture!

Le cantique des cantiques

Emprunté au titre de l’ouvrage de Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod.
Et un extrait de la postface de Dominique Laplane du livre de Jean Staune:
« Les données les plus fondamentales de notre philosophie occidentale, la notion même de substance dont la stabilité et la permanence sont le fondement, sont mises en cause car dans le monde quantique c’est la relation sui est première : tout n’est qu’interférences… Les objets de la physique traditionnelle s’effacent dans l’interrelation, la « substance aristotélicienne » se dissout dans la relation. »
J’aime beaucoup cette analogie entre la communication humaine et la physique cantique, on dirait une sorte de réconciliation de l’homme avec lui-même, ses origines et son environnement, ce serait un psaume, une incantation, un cantique. Et, en plus, c’est sans doute vrai!