Web

Web – Abrégé de world wide web. Littéralement : toile d’araignée mondiale. Ainsi nommé parce que l’organisation de la connexion entre ses différents ordinateurs est aussi simple que celle d’une toile d’araignée et qu’elle attrape n’importe quel gugusse dans ses fils. – Le web, c’est la partie graphique et multimédia d’internet, ce qui explique son succès dans le piratage MP3 et la consultation des sites pornographiques. Pendant ce temps, il grandit tous les jours : il stocke déjà xxxx pages et il s’en enrichit tous les jours de XXX. – Par définition, un site web a toujours une adresse absolument impossible à retenir et à taper sur un clavier normal, notamment à cause de la répétition de ces foutus " anti-slashs " () qui ont été mis là uniquement pour faire faire un peu de gymnastique aux doigts arthritiques. – Heureusement, de temps en temps, les internautes posent des bonnes questions, comme celle-ci, recensées par le site infoclic.fr : " Où trouver l’adresse du site http://www.sncf.com? ". – Commentaire : Avec le recul, passés les effets de mode et calmées les tempêtes boursières, il est temps de se poser la seule question qui compte : le web a-t-il changé le monde ? Hélas, la réponse est non. Hélas, car on aurait bien aimé : c’était sympa de se dire que tous ces vieux croûtons qui pontifiaient à longueur de rapport annuel allaient se faire ramasser une bonne fois pour toutes. Les barbares avaient débarqué et ils allaient tout renverser sur leur passage : les hiérarchies et les copinages, les structures figées et les sectarismes. On misait sur internet (sur le web en fait) comme sur un élixir de jouvence qui allait nous rafraîchir les idées et les habitudes. Et voilà ! On voulait la lune, elle nous a fait un pet foireux. Pschitt ! La baudruche s’est dégonflée, l’argent a repris le pouvoir, les business plan ont arrêté de rire, les technologies se sont remises en ordre de bataille (les gros devant, les petits derrière). Le web est devenu payant, marchand, affilié, taggé par la pub pire qu’une Formule 1. Il a fini par nous emmerder et, nous, on est parti rêver ailleurs. Mais internet n’est pas mort, il n’est pas seulement un outil, il est une énergie nouvelle, à côté de la vapeur ou de l’électricité, et avec lui, tout est possible et surtout : apprendre et comprendre. On a peut-être fini de rêver, on n’a pas fini de s’étonner. Ah, que c’est beau d’y croire !…autres mots…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s