Balles israéliennes pour l'armée américaine

« L’armée américaine consomme tant de balles en Afghanistan et en Irak
que les fabricants de munitions n’arrivent plus à honorer leur carnet
de commandes.
Les Etats-Unis sont contraints, révèle dimanche 25
septembre le quotidien britannique The Independent, de commander des
munitions aux Industries militaires d’Israël, une usine liée au
gouvernement de Tel-Aviv. Le Pentagone a ainsi acheté 313 millions de
balles israéliennes depuis l’an dernier, pour un montant de 10 millions
de dollars.
Un rapport gouvernemental américain, cité par The
Independent, indique que les forces américaines ont doublé leur
consommation de munitions depuis le 11 septembre 2001 et les
déploiements militaires en Afghanistan puis en Irak. L’armée a utilisé
environ 6 milliards de munitions de petit calibre depuis 2002, et a
désormais besoin de 1,8 milliard de munitions chaque année.
Des experts interrogés estiment que 250 000 à 300 000 balles sont tirées pour chaque « insurgé » afghan ou irakien tué. »
LE MONDE/MARDI 27 SEPTEMBRE 2005
Commentaire de Roland: « Le projet US est donc, avec ces 1,8 milliards de munitions, de tuer 60 000 insurgés. »

Lire la suite

Publicités

L'économie française 2006

leconomiefrancaise2006.gifUn petit livre de référence, utile:
L’économie française 2006
, de OFCE, Editions La Découverte, Collection Repères.
L’OFCE, c’est l’Observatoire français de conjoncture économique (Fondation Nationale des Sciences Politiques). C’est du sérieux, du traditionnel.
Mais pas très à jour: il prévoit un taux de croissance du PIB en 2006 de 2,4%…

Lire la suite

L'économie française 2006

leconomiefrancaise2006.gifUn petit livre de référence, utile:
L’économie française 2006
, de OFCE, Editions La Découverte, Collection Repères.
L’OFCE, c’est l’Observatoire français de conjoncture économique (Fondation Nationale des Sciences Politiques). C’est du sérieux, du traditionnel.
Mais pas très à jour: il prévoit un taux de croissance du PIB en 2006 de 2,4%…

Lire la suite

Lire ou écrire?

[Un texte de Lucien Toscane]
Dans la vie, on n’a que deux solutions : lire ou écrire. Ou sinon, se vautrer comme un chien. Je dis çà parce que je suis jaloux du mien : il n’est pas si gros mais il prend toute la place sur le lit, il pèse sur la couverture comme la vie sur mon âme. Et moi, j’aime bien écrire dans mon lit. Pas ma femme qui trouve que ça fait du bruit. Alors j’essaye d’effleurer les touches de mon clavier en évitant de respirer. Mais je vois bien qu’elle tend l’oreille du coin de l’œil tandis que du mien je guette son sommeil libérateur de ce stress machinique.
Lire ou écrire.

Lire la suite