Société de l'information, ou de la manipulation ?

(ma chronique parue dans Les Echos n° 19160 du 17 mai 2004, page 19 et qui déclencha quelques polémiques à l’époque; je ne trouve pas qu’elle ait tellement viellie, à part les références sur l’actualité bien sûr! – lire aussi Mon article sur les blogs dans Les Echos)
L’actualité récente nous questionne à répétition sur le maniement de l’information, non seulement par les médias mais aussi par les autres pouvoirs. Qui pousse la guerre des images en Irak ? Qu’a fait la France au Rwanda ? Et Aznar sur les attentats de Madrid ? Comment de grands journaux américains ont-ils pu laisser des reporters de guerre bidonner leurs articles pendant des années ? Nokia a-t-il influencé délibérément le marché dans la présentation de ses résultats ? Quelles erreurs les enquêteurs ont-ils commises dans l’affaire Dutroux ? Même l’Histoire nous échappe, car chaque époque se réapproprie les faits historiques et en modifie les frontières : ce n’est pas l’Allemand Johannes Gensfleisch dit Gutenberg qui a inventé l’imprimerie mais le Chinois Pi Cheng, quatre siècles plus tôt ; l’Américain Alexander Graham Bell, fondateur de l’empire américain des télécoms, a piraté les brevets sur le téléphone de l’italien Antonio Meucci,… Bref, chacun en prend pour son grade, le politique, le journaliste, le patron, le juge, le chercheur, l’historien.
Un mythe s’effondre : celui d’une information objective et sincère. Plus personne n’y croit. La société de l’information devient la société du mensonge. Informer, c’est manipuler.

Lire la suite

Publicités